Accueil Page Facebook Compte Twitter Devenez
Sapeur-Pompier Volontaire

Les spécialités opérationnelles

Pour répondre aux besoins spécifiques lors de certains types d'intervention, les sapeurs-pompiers du service départemental-métropolitain d'incendie et de secours disposent d'équipes spécialisée dans divers domaines. Ces spécialités opérationnelles sont gérées au niveau des groupements territoriaux qui sont en charge de leur organisation :

  • Groupement Nord : Feux de forêt
  • Groupement Sud-Ouest : Conduite
  • Groupement Sud-Est : N.R.B.C.E
  • Groupement Est : GRIMP, Cynotechnie
  • Groupement Centre-Nord : Sauvetage-déblaiement
  • Groupement Centre-Ouest : Milieux confinés
  • Groupement Centre : Aquatique

Toutes les spécialités peuvent être engagées en colonne de renfort en dehors du territoire départemental.

Feux de forêt

Feux de forêt Feu de forêt Feu de forêt

Le département du Rhône est recouvert sur le quart de sa surface - soit environ 830 km² - de massifs à hautes valeurs forestière et/ou touristique. Il comporte des zones boisées non exploitées ainsi que de grandes surfaces céréalières jouxtant parfois des zones d’habitation à forte densité.

à ce titre, il est confronté à deux types de risques :

  • Feux de végétation
  • Fréquentation du milieu naturel

L'intervention incendie dans ce type de milieu nécessite des moyens et procédures spécifiques définis sous le vocable "feu de forêt". Chaque année, le S.D.M.I.S recense, en fonction des critères de sécheresse, 800 à 2500 feux de végétation, comportant des feux d’herbes/broussailles, de récoltes, forets/bois.

La spécialité F.D.F (feux de forêts) a été activée sur le département du Rhône à l’issue de l’année 2003.

Effectifs et équipements

Elle s'appuie sur 600 sapeurs pompiers, formés et recyclés, permettant une montée en puissance, et un parc matériel conséquent :

  • des véhicules de première intervention : CCFL, FPTLHR, VPIHR, FPT,…
  • des véhicules feux de forêts : CCFM (22 véhicules),
  • des véhicules d’appui non spécifiques feux de forêts : 7 CCTHR, 25 CCT,
  • des véhicules de commandement

Le S.D.M.I.S participe également, sous le couvert de la Zone Sud Est, à des renforts extra départementaux.

Conduite

Conducteur d'échelles Conduite tout-terrain

En complément  des permis réglementaires (poids-lourd et ambulance), les conducteurs sapeurs-pompiers suivent des formations certificatives pour la conduite et l'utilisation des véhicules d'intervention. Ces formations concernent :

  • les engins-pompes de lutte contre l'incendie (3 jours),
  • les échelles aériennes (5 jours),
  • les véhicules tout-terrain pour la  lutte contre les feux de fôrets (5 jours), pour lesquels le S.D.M.I.S a aménagé un terrain d'entraînement spécialisé sur la commune de Chamelet.

Dans le cadre du maintien des acquis, un recyclage triennal est programmé pour chaque conducteur. Les nouveaux matériels mis en service au S.D.M.I.S sont présentés lors de ces formations.

Nucléaire, radiologique,
biologique, chimique et explosif

NRBC NRBC NRBC

Ce terme recouvre les domaines d’intervention face aux risques nucléaire, radiologique, biologique, chimique et explosif en milieu industriel, mais aussi la réponse face à la menace terroriste d’emploi de telles matières à des fins malveillantes.

Le risque technologique est une composante essentielle dans le département du Rhône. Il est généré par la présence d’un tissu industriel dense (vallée de la chimie, raffinerie et ports pétroliers…) et par un flux de transports de matières dangereuses significatif, tant par voie routière (nœud autoroutier) que ferroviaire (gare de triage de Sibelin) ou fluviale (Rhône et Saône).

La menace d’un attentat de type N.R.B.C.E est une réalité au regard des cibles que représentent l’agglomération de Lyon et les nombreuses manifestations d’ampleur qui y sont organisées.

La réponse opérationnelle s’appuie principalement sur deux casernes spécialisées en risques chimiques et radiologiques : Lyon-Gerland et Saint-Priest. Les personnels de ces deux casernes, soit environ 200 sapeurs-pompiers, sont formés et entraînés pour intervenir face à ces risques spécifiques. Il disposent pour cette mission de matériels et véhicules spécialisés (protection individuelle, appareils de détection, documentation technique, prélèvement, colmatage, endiguement…)

Tous les jours, 24h/24, des équipes d’intervention spécialisées en risques chimiques sont prêtes à fournir une réponse opérationnelle immédiate à l’occurrence d’un événement opérationnel à caractère technologique.

La menace d’un acte malveillant à caractère N.R.B.C.E est prise en compte à travers une organisation opérationnelle et des équipements spécifiques, principalement fondée sur les casernes à gardes postées des différents groupements territoriaux et sur l'appui du centre logistique de St-Priest. Le S.D.M.I.S collabore activement à l’élaboration et à l’amélioration de la doctrine au niveau zonal en s’impliquant au sein de l’unité zonale d’intervention technologique de la zone de défense Sud-Est (UZIT Sud-Est). Le S.D.M.I.S a été retenu pour organiser l'un des 6 Centres d'Entraînements Zonaux (CEZ) définis dans l'organisation du Centre National Civil et Militaire de Formation et d'Entraînement (CNCMFE), sur sa plateforme-école de St-Priest.

Sauvetage-déblaiement

GELD GELD

Le sauvetage-déblaiement (SD) consiste à rechercher et dégager les personnes ensevelies accidentellement dans les décombres lors de l'effondrement de constructions, suite à une explosion, un glissement de terrain ou toute autre catastrophe.

En dehors de ces accidents, ces quelque 350 sapeurs-pompiers, répartis sur 5 casernes, participent à des opérations de moindre gravité. Ils sont également amenés à donner des avis techniques sur des risques concernant leur spécialité (menace d'effondrement, etc...).

Les sauveteurs-déblayeurs interviennent en moyenne près de 200 fois par an sur le département du Rhône et de la métropole de Lyon. Dotés de matériels performants et d'une dizaine de véhicules d'intervention adaptés à leurs missions, ils reçoivent une formation spécifique adaptée à leur niveau d'emploi et sont tenus de s'entraîner régulièrement.

Intervention en milieu périlleux

GRIMP GRIMP GRIMP

C'est une spécialité intervenant dans les opérations en milieu vertical :  grues, édifices, falaises… Il réalise des reconnaissances et des sauvetages dans les environnements naturels, artificiels et industriels où les moyens traditionnels des sapeurs-pompiers sont insuffisants en raison de la hauteur, de la profondeur et des risques liés au cheminement.

Composé de 50 sapeurs-pompiers répartis sur deux casernes, le "groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (GRIMP) s'inspire largement des techniques utilisées dans le domaine de l'alpinisme et de la spéléologie.

Certaines équipes du GRIMP sont aussi spécialisées dans les manœuvres d'hélitreuillage effectuées par l'hélicoptère de la sécurité civile (DRAGON 69).

Cynotechnie

Cynotechnie Cynotechnie

La spécialité cynotechnie intervient lors des missions de recherche de personnes ensevelies et de personnes égarées (par la technique du questage : recherche sans indice de départ).

Le S.D.M.I.S a en outre confié les missions animalières aux cynotechniciens : des animaux menaçants sur la voie publique (chiens dangereux…), sauvetage ou assistance à animaux en difficulté (animaux tombés à l’eau, en excavation… ) et capture de «nouveaux animaux de compagnie» (NAC) ou dangereux (crocodiliens, tortues carnivores, serpents, iguanes, araignées, singes …).

La spécialité "cynotechnie" compte actuellement 12 binômes opérationnels (conducteur cynotechnique et son chien). Le suivi médical des chiens et le conseil technique sur certaines interventions sont assurés par le vétérinaire du service de santé et de secours médical du S.D.M.I.S.

Transmissions

Radios 

Les moyens de transmissions radio équipent tous les véhicules de secours. Il permettent la liaison "amont" avec le Centre Opérationnel Départemental d'Incendie et de Secours (CODIS) ou le commandement de terrain dans les cas de montée en puissance du dispositif de secours ainsi que la liaison "aval" avec les équipiers. Le but est d'améliorer la sécurité en généralisant la liaison radio des binômes engagés dans les actions de secours au cours d’un sinistre avec leur chef d’agrès.

Le réseau de transmissions du S.D.M.I.S a basculé fin 2010 vers le système ANTARES, réseau numérique dont les infrastructures sont gérées au niveau national. Il permet une interconnexion entre tous les services qui concourent aux secours, en particulier avec le SAMU et le réseau ACROPOL de la police nationale.

Le S.D.M.I.S gère 1900 équipements, embarqués (appareils mobiles ou portatifs) ou fixes (implantés au C.T.A / CODIS et dans les casernes.

Le S.D.M.I.S assure également la formation de ses personnels à l’exploitation opérationnelle des transmissions en s’appuyant sur les procédures arrêtées au niveau national et précisées par l’ordre de base départemental des transmissions (OBDT).

Milieux confinés

milieux confinesc 

La spécialité « milieux confinés » apporte une réponse opérationnelle complémentaire aux moyens classiques face aux risques liés notamment aux grandes infrastructures de transport (métro, tunnels routiers et ferroviaires) ou les parcs de stationnement couverts. Elle compte 210 sapeurs-pompiers professionnels formés, entrainés et équipés de matériels spécialisés. Elle utilise notamment des équipements respiratoires et d’investigation permettant pour les équipes de sauveteurs des durées d’engagement bien supérieures à celles réalisées avec des matériels classiques.

Les principaux domaines d’intervention sont :

  • les parkings en sous sol
  • Les tunnels routiers, métro et ferroviaires
  • Les infrastructures de grande surface ou de grande longueur
  • Les renforts extra-départementaux (exemple : incendie du tunnel du Mont-Blanc le 24 mars 1999)

Les spécialistes

Aujourd’hui, 200 sapeurs-pompiers sont formés à cette spécialité opérationnelle du S.D.M.I.S.

L’engagement du FELD est assuré 24h/24 à partir des casernes de Lyon-Rochat et de Lyon-Duchère, appuyés par celui de Tassin-la-Demi-Lune et Lyon-Confluence

Le matériel

La spécificité du C.F repose sur l’utilisation d’appareils respiratoires isolants à circuit fermé (ARI.C.F) dont la conception permet des durées d’engagement trois fois plus longues qu’avec des appareils classiques grâce à leur principe de recyclage de l'air expiré.

Aquatique

Plongée Sauvetage de surface Sauvetage de surface

Cette spécialité comprend trois entités. L’unité de plongeurs subaquatiques (SAL) participe à des missions :

  • de secours à personnes, des reconnaissances et des interventions sous l’eau.
  • L’équipe de sauveteurs aquatiques (SAV) intervient dans le cadre de prompt secours (personnes tombées à l’eau), secours dit « de surface ». Ces sapeurs-pompiers peuvent être engagés dans des missions de longue durée ou mobilisés dans le cadre de colonnes de renfort.
  • Les moyens nautiques permettent le transport des SAV et des SAL, la récupération de victimes, le remorquage de bateaux en détresse et l’extinction des feux de bateaux.

Effectifs et équipement

La spécialité compte 240 sauveteurs de surface, 55 plongeurs et 200 pilotes bateaux, qui sont appuyés par 3 types de moyens de déplacement nautique :

  • Les barques à rames (moyens de proximité),
  • Les bateaux légers de reconnaissance motorisés (moyens d’appui),
  • les bateaux de reconnaissance et de sauvetage motorisés de plus grande capacité.

Site officiel des sapeurs-pompiers du département du Rhône et de la métropole de Lyon - Mentions légales - Plan du site